Accéder au contenu principal

Pourquoi parler de sexe ( surtout en public ) est-il tabou ?






        En répondant à ce pourquoi, la première chose qui me vient en tête, c'est la voix de Carrie Bradshaw et ses copines, l'héroïne de la ô combien typiquement féminine série « Sex and The City ». Pour les moins adeptes, quoique la plupart des femmes connaissent même sans forcément regarder, cette série relate les frasques drôles et trépidantes d'un groupe de copines, mettant en avant leurs relations amoureuses et surtout sexuelles. Dans cette série, elles n'hésitent pas à se raconter leurs ébats de la veille avec un ancien amant reconquis spécialement pour la nuit, et ce même dans les lieux publics. Oui, publics. Il n'est pas rare de les voir lors de leurs déjeuners au restaurant parler de cet orgasme délirant qu'elles ont décroché grâce audit amant. Ou encore de la taille du pénis de ce pauvre homme. Et généralement lors de ces discussions il y a toujours quelqu'un pour se retourner et les regarder avec étonnement (ou dégoût, au choix...). Mais toujours, la situation reste drôle.



        Cependant, amusez-vous à faire la même chose dans la vie réelle, votre vie. Essayez donc de parler de votre démentielle levrette de la veille au déjeuner dominical avec Tata Simone et Tonton Roger. Improbable dites-vous ? Je ne vous le fais pas dire ! Ou encore, essayez de raconter comment votre amoureux a arraché votre culotte avec ses dents la nuit passée, lors d'un diner entre amis... On risque de vous regarder de travers ou au mieux, tout le monde feindra la crise de rire et lorsque vous serez partie, vous serez fardée de moultes noms d'oiseau déluré, tous plus coquets les uns que les autres... Tentez un jour juste pour voir de parler de ce bel inconnu que vous avez rencontré il y a deux soirs afin de tenter de nouveaux jeux érotiques, lors d'un apéro dans le tout nouveau bar à la mode, avec plein, oui, tout plein de monde autour... Bref, vous l'aurez compris, il y a certaines situations ou certains endroits qui n'ont rien de propices pour parler librement de sexe, et quand bien même vous lanceriez le sujet dans un esprit totalement bon enfant, les gens qui vous entourent n'ont peut-être pas le même sens de l'humour que vous, ou sont, et oui cela peut arriver, si  offusqués ( ou diablement frustrés... )  que d'entendre ce genre de conversation les met hors d'eux.



        Alors oui c'est un fait, il y a aussi ce (fichu) politiquement correct. Celui grâce auquel, il ne faut pas l'oublier, les gens que vous rencontrerez tout au long de vos journées se doivent de se tenir un minimum correctement, dans le seul but du respect de chacun et du bien vivre poliment. Nous vivons dans une société où tout tend à se vouloir respectueux et bienveillant. En soit cela paraît normal. Mais alors me direz-vous, il ne s'agit que de « parler ». Il ne s'agit tout de même pas de mimer l'acte sexuel sur la table du restaurant, simplement d'en discuter avec des ami(e)s, d'échanger des anecdotes croustillantes, de rigoler de façon totalement gentillette et sans intention de nuire.



        Carrie et ses copines, elles, portent des vêtements carrément tendancieux, sortent en nuisette la nuit dans la rue pour vérifier que la voiture est bien verrouillée, proposent des plans échangistes à leurs voisins, mais non, ne vous amusez pas à faire la même chose si vous ne voulez pas vous retrouver avec une plainte aux fesses ou affublée d'un quolibet dégradant. Le tabou, vous connaissez ? C'est une notion très connue et pourtant très cachée. Dans le genre ironique …



        Le tabou consiste à taire ou à enfouir certaines choses de la vie courante tout en sachant pertinemment que ces choses existent et tout en sachant pertinemment que tout le monde sait qu'elles existent (vous me suivez toujours...?). Car Tata Simone et Tonton Roger ont certainement fait La brouette de Toronto ou l'Hélicoptère pour concevoir un de vos cousins et même si tout le monde le sait, personne ne doit en parler. Dans le seul et unique but de ne pas choquer (ou éventuellement de ne pas se payer la honte du siècle...), et de préserver l'intimité de Tata Simone et de Tonton Roger. Et pourtant si l'on savait le nombre d'adeptes de la Brouette ou de l'Hélicoptère que porte la planète, je suis certaine que l'on resterait tous comme deux ronds de flan !



        Bien évidemment, il y a plusieurs types de personnes : il y a celles qui seront justes détendues entre amies et qui ne mesureront pas le volume sonore de leurs voix lors de ce genre de conversation, et il y a celles (ou ceux, messieurs c'est valable pour vous aussi !) qui feront tout ce qui est en leur pouvoir pour être entendu et qu'on les remarque. Dans ce cas-là, si vous êtes certain d'être en présence d'un ou d'une prétentieuse, faites-vous plaisir et restez à côté pour écouter la conversation. La personne vous demandera surement ce que vous fichez ici. Allez jusqu'au bout de votre démarche et dites-lui simplement que vous pensiez, à en juger par sa discrétion, qu'il s'agissait d'une conférence en public. Un peu d'éducation ne tue pas...



        Je n'ai jamais apprécié ces personnes qui ont toujours besoin de parler à ce point fort que l'on est capté par leurs discussions dont nous n'avons strictement rien à faire. Et je les trouve même ridicules. Vous savez, ce genre d'insupportables personnes qui attirent votre attention alors que vous êtes à un déjeuner d'affaires avec des collaborateurs et que vous avez besoin de mobiliser tout votre sérieux afin d'obtenir cette promotion dont vous rêvez depuis cinq ans (et que vous allez enfin obtenir bordeeeeeellllll .....). Ce genre de personnes qui racontera ses ébats de la veille sans souci et avec une voix telle qu'il est évident que tout ce qu'elle souhaite, c'est que tout le monde sache à quel point son partenaire avait un énorme pénis ou encore un appétit sexuel débordant. Ce genre d'individu désagréable, que vous faites tout pour ne pas entendre mais qu'il est impossible d'ignorer tant leur voix porte de façon volontaire. Cependant je n'ai rien du tout contre les personnes qui discutent librement de sexe entre elles, dans la mesure où elles savent à qui elles ont à faire, dans la mesure également où elles ne font pas tout pour se faire remarquer, et qu'il n'y a pas d'oreilles sensibles qui trainent. Là, je pense aux enfants bien entendu ! Mais entre adultes et avec un minimum de classe, je ne vois pas où est le souci....



        C'est donc juste une histoire d'hypocrisie ? Ce n'est pas impossible et j'en suis même intimement convaincue. Alors bien évidemment on ne va pas non plus aller frapper chez le voisin pour tout lui dire de nos positions préférées mais j'avoue être toujours amusée lorsque je suis témoin de conversations un brin olé-olé assez discrètement tenues, et qu'une personne qui passait là par hasard et qui aurait entendu comme moi la conversation olé-olé soit totalement outrée de ce que ses chastes oreilles ont pu capter. Après tout, si elle se trouve choquée, qu'elle passe son chemin. Mais à ce genre de personne, j'ai toujours envie de demander : et sinon, comment avez-vous été conçu ?



        Je me suis toujours demandé pourquoi les gens feignaient la surprise intergalactique en entendant des mots comme « pénis » ou « pénétration », « fessée cul nu », « cunnilingus », ou autres « pipe ». Après tout, notre mode de consommation télévisuelle nous sert des seins nus et des fesses à toute heure !



        Alors il est vrai que du temps de nos arrières-arrières grand mères, et même avant elles, parler de sexe que ce soit publiquement ou discrètement restait relativement mal vu. Les mœurs étaient différentes, la société était différente, le mode de consommation était différent, en bref, notre société s'est vue évolutive par rapport aux décennies ou aux siècles passés et cela se ressent également sur la liberté d'expression, cela ne fait aucun doute, et heureusement !  Quoi qu'il en soit, il faut évoluer avec son temps et accepter ce qui nous est proposé en termes de liberté d'expression ou de la personne, et cela passe indéniablement par la tolérance de voir ou d'entendre les gens parler de choses et d'autres entre eux, parce qu’eux, ont accepté cette évolution. Mais attention,  dans le respect de chacun of course !



        Pour conclure je répondrais à ce pourquoi parler de sexe en public est-il tabou en disant qu'il s'agit simplement de ne pas choquer ceux qui vous entourent mais qui ont sans doute les mêmes pratiques que les vôtres. Ce qui est un reflet parfait de la société dans laquelle nous vivons : même si nous savons ce qui se passe et ce que chacun fait, il ne faut surtout pas en parler sous peine de choquer les bonnes mœurs, ce qui je vous l'accorde est un tantinet ridicule. Surtout que nous n'avons jamais vu autant de paires de fesses sur nos écrans ou encore sur les panneaux publicitaires dans la rue. Donc oui, les gens s'envoient en l'air joyeusement à tout heure du jour et de la nuit et dans les positions les plus saugrenues, mais en parler reste risqué si l'on ne veut pas passer pour la pire des dépravées. Qu'importe, tant que les hommes et les femmes de cette planète continueront de s'envoyer en l'air, et autant vous dire que ce n'est pas demain la veille que ça s'arrêtera, il y aura matière à parler de sexe, c'est ainsi, et ce le sera éternellement tant que le monde sera monde ! Autant que les prudes s'y fassent, qu'ils restent tapis chez eux afin de ne rien entendre ou qu'ils s'achètent un stock de boules Quiès pour les décennies qu'il leur reste à vivre.



        Alors continuez d'en parler, ne vous privez surtout pas, sans obligatoirement mettre en route votre parlophone, mais n'ayez pas honte, parlez-en, c'est naturel ! Et si jamais vous pensez offenser une petite paire d'oreilles sensibles qui traine dans le coin, chuchotez... Car comme je le dis souvent, manger un bon dessert secrètement et silencieusement a souvent plus de saveur. Vous savez, ce petit goût de honte... Vous voyez sans doute de quoi je parle...

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Pourquoi j'ai écrit un roman sur les pervers narcissiques ?

Et coucou tous !

J'espère que vous allez bien et que vous passez une bonne semaine.

Aujourd'hui , je viens pour vous livrer mon expérience littéraire, si modeste soit-elle.

Alors que mon habitude est  de vous parler de sujets drôles, légers, ou même de mettre l'humour partout, j'avoue que sur ce coup-là, il s'agit d'un sujet un peu plus lourd : je viens en effet de publier un roman sur les pervers narcissiques. Oui mais pourquoi ce sujet ? Comment avoir eu envie d'écrire là-dessus ? Je vais tout vous dire !

Rien n'arrive par hasard, paraît-il. Et bien dans mon cas c'est vrai. Si j'ai choisi de traiter de ce sujet pour en faire un livre, ce n'est par hasard. J'ai toujours écrit, des petits textes sans queue ni tête pour moi, des poèmes que j'ai également conservé dans un tiroir car je les trouvais ridicules en les relisant 10 ans plus tard, des journaux intimes qu'il était hors de question de publier, des nouvelles qui auraient …

FEMMES EXTRAORDINAIRES #3 : Rencontre avec Johanna, la voix sucrée du mois !

Hello à tous !
J'espère que vous allez bien et que vous passez une belle semaine !
Aujourd'hui je vous retrouve avec un plaisir non dissimulé pour partager avec vous notre femme extraordinaire de ce mois de Mars 2017.
Cette rencontre, c'est Johanna ! Pour être tout à fait honnête, Johanna est une jeune femme que j'ai rencontré il y a 6 ans dans un autre contexte, et j'ignorais à l'époque qu'elle chantait, sinon, croyez-moi, je me serais lancé dans mes articles plus tôt juste pour la mettre en lumière plus tôt !
Et lorsque ce mois-ci je cherchai ma Femme Extraordinaire à interviewer et qu'on me l'a suggéré, j'ai tout simplement sauté de joie ! Et je n'ai pas de mots assez forts pour vous dire à quel point je suis heureuse de vous la présenter ... Allez en quelques mots, vous connaissez la douceur du miel ? Et bien dites vous que la musique compte dans son univers une perle qui provoque à vos oreilles ce même effet sucré que le miel... Envoût…

Prepa mariage... Quand l'église vous fait chanter.

Attention article dangereux...

Tout d'abord bonjour à tous. J'espère que vous allez bien et que vous passez un très joli dimanche.

J'ai mis du temps avant de me sentir prête à partager cet article.

Récemment j'ai rédigé sur mon  profil Facebook une lettre ouverte pour dénoncer une pratique que j'ignorais moi même jusqu'à lors : le chantage d'un lieu de culte au nom de votre mariage.

Mon amoureux et moi allons nous marier l'année prochaine et alors que notre rêve était de voir notre union bénie, c'est ainsi tout fichu, nous ne nous marierons que par le biais de la mairie. Fichu est un bien grand mot évidemment car nous sommes ravis de nous marier et le plus important est de partager cette magnifique journée avec nos proches.

Je ferai prochainement une vidéo sur ce que nous venons de vivre. En attendant si vous avez des questions vous pouvez me contacter par message ou sur ma page Le Blog De Chloe.

Voici donc ma lettre ouverte, attention pavé en appr…